Grâce à toutes les personnes qui nous ont témoigné leur confiance dans les urnes le 28 mars dernier, nous pourrons tout mettre en œuvre pour relever les défis de la législature à venir. Nous nous engageons à respecter les valeurs qui fondent notre programme et notre mouvement, dans l’écoute mutuelle, la communication et le débat constructif, en gardant toujours comme objectif le bien commun. Pour votre soutien : merci du fond du cœur !

Dans le cadre des élections communales, il apparaît important pour décroissance-alternatives de se positionner par rapport à une question qui fait débat et qui interpelle une partie de la population : celle du sentiment de sécurité dans la ville. Pour ce faire, il convient en premier lieu de définir ce que sont l’insécurité et le sentiment d’insécurité, de s’appuyer notamment sur les chiffres à disposition et d’en tirer une analyse politique et des propositions concrètes.

Pour réduire l’insécurité routière, nous souhaitons réduire le volume de trafic automobile, diminuer la vitesse de circulation à 30 km/h maximum et favoriser la mobilité douce.

Cinquante ans après avoir obtenu le droit de vote et d’éligibilité au niveau fédéral, les femmes restent sous-représentées dans les différents échelons politiques en Suisse. La vague violette des élections fédérales de 2019, puis celle des récentes élections communales vaudoises ont certes fait augmenter la proportion des femmes dans les législatifs, mais les exécutifs, surtout dans les petites communes, restent bien souvent une affaire d’hommes.

La reprise, par tous les partis, de thèmes chers à la gauche, comme l’écologie, la mobilité douce, l’intégration et les mesures de soutien aux victimes de la crise ne se résume pas à faire des promesses, il faut se donner les moyens politiques et financiers de concrétiser ces projets et idées.
Sur le plan politique, notre alliance se construit sur la nécessité de répondre à l’urgence climatique et sanitaire par des mesures collectives et solidaires, car celles-ci ne doivent en aucun cas creuser encore plus les inégalités sociales. Actuellement, en période de pandémie, nous mesurons aussi la valeur des relations humaines, des espaces en commun, d’une société inclusive et solidaire. C’est dans cet esprit que s’inscrit notre programme.

Ajouté sur leurs affiches, en tête de leur tract, le slogan «pour une municipalité équilibrée» est le seul lien entre les cinq candidats de la droite et de Vevey libre. Parlons un peu cette idée d’équilibre

Les forces de la gauche veveysanne s’allient pour le second tour des élections à la Municipalité. Plurielle et féministe, notre liste vise une majorité de femmes et de gauche à la Municipalité.

Décroître, au fond, c’est faire de la place pour un avenir sensé.

De plus en plus souvent, la quête de certaimes jeunes d’un mode de vie communautaire et partageux les amène à occuper de manière éphémère des propriétés vides pour lesquelles n’existe encore aucun projet concret que les propriétaires seraient en mesure de réaliser. Ce sont ainsi des surfaces de logement et d’activités collectives qui restent inutilement vides pendant des mois et des années alors qu’elles pourraient être utilisées comme lieu de vie, de partage et d’activités culturelles pour des jeunes pleimes de bonne volonté et de créativité.

Nouvelle année mais les séances de Conseil se ressemblent : Vevey Libre dépose une interpellation interpartis pour encore une fois s’en prendre au cabinet des estampes et musée Jenisch. Après avoir prétendu pouvoir faire des économies astronomiques lors du vote sur le budget, et toujours sans réponse à leur motion transformée en postulat sur le même objet, ils arrivent maintenant avec tout un argumentaire irréaliste pour finalement… poser une question sur les conventions entre Vevey et d’autres instances et suggérer une répartition des frais avec le canton qui pourrait épargner 200’000 francs. De grandes gesticulations pour pas grand-chose.